Une soirée au théâtre POCHE /GVE

Quand
  • Mardi 29 janvier. Apéro à 19h, lever de rideau à 20h.
  • POCHE /GVE
    Rue du Cheval-Blanc 7
    1204 Genève
RSVP

Nous avons le plaisir de renouveler notre partenariat avec le théâtre POCHE /GVE, dont la contribution à la dramaturgie contemporaine est sans égale à Genève.

Depuis sa naissance en 1948 dans ce qui était alors un appartement, le théâtre s’est attiré un concert de louanges pour sa détermination à attirer de nouveaux publics, et pour son programme audacieux et pointu, riche en nouvelles créations commandées à des auteurs en devenir. Ses productions mettent le texte au centre de toutes les attentions, mais laissent aussi toujours un espace entre les mots et les phrases pour que la pensée et l’imagination du spectateur puissent se déployer—de fertiles brèches où l’esprit est invité à s’engouffrer.

Cette approche est particulièrement adaptée à Havre, pièce de la jeune dramaturge ontarienne Mishka Lavigne sur le thème de l’absence—et, avec un peu de chance, de ce qui peut venir la combler. Elle s’ouvre sur l’annonce du décès de la mère de la protagoniste, événement concomitant à l’ouverture d’une mystérieuse crevasse dans le bitume devant chez elle.

Nous sommes très heureux de pouvoir inviter nos clients à la deuxième représentation publique de la pièce, le mardi 29 janvier—celle-ci sera précédée d’un apéritif et d’une présentation de l’œuvre par le directeur du théâtre. À la tombée du rideau, l’auteure, la metteure en scène Anne Bisang et les comédiens s’attarderont pour une discussion en ‘bord de scène’ avec le public.

Pour assister à cette soirée de stimulation théâtrale multiforme, veuillez signaler votre venue à aesopgeneva@aesop.com avant le 26 janvier. Si vous souhaitez vous faire accompagner, veillez à nous transmettre le nom de votre invité/e afin que nous puissions l’ajouter à la liste. Attention, les places disponibles étant en nombre limité, elles seront attribuées à celles et ceux qui auront été les plus prompts à se manifester.

« Le théâtre est un creuset de civilisation. »

Victor Hugo