Vitesse de défilement : 24 souvenirs par seconde

Grâce à l’audace de sa programmation éclectique et pointue, le Festival International de Films Indépendants Black Movie permet aux Genevois de prendre le pouls du cinéma d’art et d’essai tel qu’il se vit aux quatre coins du monde. Là où les productions asiatiques, africaines, moyen-orientales et sud-américaines passent trop souvent sous le radar des distributeurs occidentaux, cela fait vingt ans que le festival les met en avant. Cette année, plus d’une centaine de films—accompagnés de master class, de tables rondes et d’une exposition de portraits—transporteront les festivaliers vers des horizons aussi variés que le Kirghizstan, le Mexique, la Syrie et le Sénégal.

Ces voix minoritaires méritent d’être entendues ; c’est pourquoi nous renouvelons cette année notre partenariat avec Black Movie et invitons nos clients cinéphiles à un débat et une projection, ponctués d’un petit remontant. La table ronde rassemblera Gianni Haver, Professeur de Sociologie de l’Image à l’Université de Lausanne ; Malek Bensmail, réalisateur de La bataille d’Alger, un film dans l’histoire ; et Thomas Aïdan, directeur de la rédaction de La Septième Obsession. Elle s’intéressera aux relations entre ‘Histoire et Cinéma’, et plus particulièrement au film comme outil mémoriel.

Après avoir échangé sur place autour d’un verre, les participants seront invités à se translater deux cent mètres plus loin pour assister à une projection de A Taxi Driver (Jang Hoon, 2017), thriller historique qui suit un chauffeur de taxi local et un reporter allemand à travers les rues de Gwangju en Corée du Sud durant le soulèvement de la ville, qui fut réprimé dans le sang en 1980. Ce n’est qu’au cours des deux dernières années, à la suite d’une nouvelle enquête officielle, que la pleine étendue des atrocités commises par les forces du régime a été révélée au grand jour, et ce film aura certainement un rôle à jouer pour éviter que ces événements ne tombent dans l’oubli.

Pour y assister, veuillez écrire à aesopgeneva@aesop.com avant le 23 janvier. Si vous souhaitez vous faire accompagner, veillez à nous transmettre le nom de votre invité/e afin que nous puissions l’ajouter à la liste. Attention, les places disponibles étant en nombre limité, elles seront attribuées à celles et ceux qui auront été les plus prompts à se manifester.

« La mémoire n’est pas un instrument pour examiner le passé, mais son théâtre. »

Walter Benjamin